UFC-Que Choisir de Saône et Loire

Non classé

5 IDÉES REÇUES SUR LE NUTRISCORE ?

C’EST QUOI LE NUTRISCORE ?

De nombreuses pathologies modernes sont liées à l’alimentation, plus particulièrement aux aliments d’origine industrielle qui contiennent de grandes quantités de matières grasses, de sucre ou de sel.

Cf. notamment, montée inquiétante des cas d’obésité dans notre pays : dans les années 60 : 3% des enfants étaient obèses. Ils sont 17% en 2016 !

C’est pourquoi le Programme National Nutrition Santé (PNNS) recommande depuis 2013 de revenir à des aliments bruts, non transformés tels que les fruits, les légumes, les féculents, la viande, le poisson, etc. et de les préparer ou de les cuisiner soi-même.

Mais lorsque nous achetons des aliments transformés prêts à consommer, il est très difficile de connaître leur qualité nutritionnelle  car l’étiquetage obligatoire actuel sur les emballages est totalement incompréhensible.

 LE NUTRISCORE, UN OUTIL PRÉCIEUX POUR CONNAÎTRE LA VALEUR NUTRITIONNELLE DES PRODUITS INDUSTRIELS

Le logo du Nutri-Score, apposé sur les produits alimentaires pré-emballés, permet de connaître en un clin d’œil la valeur nutritionnelle des aliments et des boissons : sel, sucre, gras.

Il prend en compte :

  • les nutriments à favoriser : fibres, protéines, fruits, légumes, légumineuses, fruits à coques, matières grasses végétales,
  • les nutriments à limiter : énergie, matières grasses saturés, sucres, sel.

 LE NUTRISCORE ATTAQUÉ PAR CERTAINS LOBBIES INDUSTRIELS, POURQUOI ?

Le Nutri-Score a été reconnu en 2017 comme le modèle d’étiquetage nutritionnel officiel français… mais il reste volontaire pour le moment. Ceci explique pourquoi il est très peu présent sur les aliments de mauvaise qualité nutritionnelle.

Depuis son lancement en France, plusieurs pays ont décidé de recommander son utilisation : la Belgique, la Suisse, l’Allemagne, l’Espagne, les Pays-Bas et le Luxembourg.

Mais l‘Union Européenne va décider fin 2022 si il sera obligatoire dans tous les pays européens.

Si le consommateur peut connaître en un clin d’œil la valeur nutritionnelle d’un produit, il aura le choix de consommer comme il le souhaite et de ne pas acheter des recettes industrielles déséquilibrées…

C’est pourquoi l’adoption du Nutri-Score fait l’objet de nombreuses attaques et se heurte à des idées reçues :

 IDÉE REÇUE n°1: Le Nutri-Score définit si un aliment est bon ou mauvais”

NON, IL n’existe pas de bons ou de mauvais aliments. Aucun aliment n’est intrinsèquement bon ou mauvais, mais ceux qui sont classés D ou E doivent être consommés de manière occasionnelle ou en petites quantités

Le Nutri-Score n’a pas pour objectif de diaboliser certains produits. Il ne fait que « traduire » les informations nutritionnelles sous une forme compréhensible par tous et rapidement.

Il a simplement pour objet d’aider les consommateurs à choisir plus facilement leurs aliments au quotidien en identifiant si la consommation de tel ou tel aliment doit être encouragée ou limitée

IDÉE REÇUE n°2 : “Avec le Nutri-Score, la malbouffe est bien notée

NON, Exemple des frites :

Tout comme le tableau nutritionnel au dos des emballages, le Nutri-Score reflète la valeur nutritionnelle de l’aliment tel qu’il est vendu, et non tel qu’il est préparé. C’est pourquoi les frites surgelées (qui ne sont rien de plus que des pommes de terre épluchées et coupées) reçoivent un « A »

IDÉE REÇUE N°3: “Le Nutri-Score est une menace pour le régime méditerranéen”

Sauf que la diète méditerranéenne, se caractérise par une faible place pour les viandes, charcuteries et fromages, et une très forte proportion de légumes, légumineuses, céréales complètes et de fruits.

IDÉE REÇUE N°4 : Le Nutri-Score donnerait de mauvaises notes aux aliments traditionnels

Cf. Roquefort noté Nutri-Score ‘E’ du fait de teneurs particulièrement élevées en matières grasses et en sel de ce fromage : 2 fois et demie plus de sel dans le Roquefort que dans l’Emmental ! ). Mais les bancs de Poulet de Bresse, viande fraîche, sont en « A »

 IDÉE REÇUE N°5 : Le Nutri-Score favoriserait la consommation de produits industriels au détriment des aliments bruts (fruits, légumes etc …)

Les recommandations nutritionnelles portent en premier lieu sur la consommation d’aliments bruts et encouragent les consommateurs à cuisiner eux-mêmes. Le Nutri-Score vient en complément lorsque les consommateurs choisissent de consommer des aliments industriels, en les aidant à identifier les produits les mieux notés.

CONCLUSION

Le Nutri-Score obligatoire : une puissante incitation pour les industriels à améliorer la qualité nutritionnelle de leurs recettes , alors qu’ils n’ont jusqu’à présent aucun intérêt à le faire.  

Ecouter l’intervention sur Radio-Bresse mars 2022